Il est des artistes qui impressionnent par l’originalité de leur parcours

AlgerieNews

Brahim Saci
L’âme profonde d’un artiste

Brahim Saci emporte souvent avec lui, un ou plusieurs livres. Grand  lecteur, il ramène toujours de ses virées en Algérie des ouvrages  racontant l’histoire et le vécu du pays de ses ancêtres.

Il est des artistes qui impressionnent par l’originalité de leur  parcours. Brahim Saci en fait partie. Universitaire, fonctionnaire  dans une institution culturelle parisienne, il chante depuis près de         vingt ans. En kabyle et en français, il met en musique des textes qu’il écrit lui-même.

   Quand on se laisse emporter par ses douces et revendicatrices mélodies, on croit entendre le grand Slimane Azem, mort et enterré loin des siens. Homme cultivé et engagé, Brahim Saci emporte souvent avec lui, un ou plusieurs livres. Grand lecteur, il ramène toujours de ses virées en Algérie des  ouvrages racontant l’histoire et le vécu du pays de ses ancêtres.  Originaire des hauteurs majestueuses de l’Akfadou, du côté des Ait  Aijer, Brahim Saci est l’un des premiers chanteurs algériens à avoir  un site Internet où il met en écoute libre pratiquement toute son  oeuvre. J’ai eu la chance d’assister à un de ses récitals, au  conservatoire du 8ème arrondissement de Paris. Ce fut un grand moment  artistique ; dans une ambiance de fête, toute l’assistance avait été  captivée par l’originalité des thèmes que Brahim Saci avait mis en  musique. Le public européen ne revenait pas de ce voyage musical  offert par un créateur doué et simple. Le sourire toujours au coin des  lèvres, Brahim Saci aime dire : « Sâaben lechghal » (les choses ne  sont pas aisées).

Lorsque l’artiste se met à chanter « Vas mon âme », « la Colombe », ou encore « le Déclin des jours », ses admirateurs se laissent bercer et  plongent dans une nostalgie presque salvatrice.

Venu très jeune en France, Brahim Saci a fait un remarquable cursus  scolaire qui lui a permis également de connaître et d’apprécier les  quêtes poétiques de Rimbaud, Verlaine et Baudelaire. Ces grands poètes  français lui rappellent un certain troubadour algérien : Si Mohand ou  Mhand, probablement le plus grandpoète d’Afrique du Nord. Si Mohand ou Mhand venu à la poésie et à l’errance infinie après que les colonialistes français eurent massacré sa  famille a élaboré des textes magnifiques de profondeur, de sens et de  sensibilité humaine. Avant de se lancer dans la chanson, Brahim Saci a  été animateur de radio sur la place parisienne; il a traité dans ses  chroniques sur les ondes de sujets culturels importants. Artiste complet, Brahim Saci   avait également exercé le métier de portraitiste sur les places  touristiques de la Ville Lumière.

Auteur de plusieurs albums réussis, Brahim Saci raconte l’exil,  l’amour, les nostalgies du monde, la terre des ancêtres, les valeurs  qui s’en vont, les spirales du temps qui s’enfuit et qui demeure un  mystère ou encore le bonheur des choses simples et profondes. Dans son  coquet appartement du 20ème arrondissement de Paris, Brahim Saci  continue ses créations musicales .C’est clair : le meilleur reste certainement à venir.

Youcef Zirem

ALGÉRIE NEWS – Mercredi 24 décembre 2008 – Revue mensuelle Lakoom info      janvier 2009