« La Chute, combler l’absence » de Brahim Saci

« La Chute, combler l’absence » de Brahim Saci

 Brahim Saci est auteur de poésie mais aussi chanteur.

Brahim Saci est auteur de poésie mais aussi chanteur.

Avec son deuxième recueil de poésie, Brahim Saci apporte un souffle créateur qui fait voyager.

Sur près de 230 pages, on ne se lasse pas de partir à la conquête d’une certaine plénitude qui s’échappe, qui se dérobe, qui s’avère, dans bien des cas, introuvable. Des rimes, des itinéraires, des lieux, des personnages, des amours perdues, de la sagesse à consolider. La poésie mène à tout ; elle est surtout salvatrice quand les temps deviennent assassins. Après cinq albums de chansons kabyles bien ciselées, Brahim Saci est allé au fond de lui-même pour offrir à ses lecteurs une somme poétique de haut vol, un recueil qui fera date. Dans cette chute que les événements imposent, Brahim Saci s’accroche à ses valeurs, à sa vison du monde, à cette harmonie parisienne que les jours tentent d’abîmer ; l’absence est là, elle est douloureuse, il faut donc la combler et seuls les mots peuvent oser structurer ce vide. La Normandie et ses charmes, le pays occitan et son soleil, la Kabylie et sa beauté magique, sont les territoires qui inspirent le poète : c’est ici qu’il vadrouillait, jadis, avec l’aimée qui a, désormais, choisi d’autres chemins.

Paru aux éditions du Net, « La Chute, combler l’absence » est un livre qui transmet la force de résister au malheur. Sans détours ennuyeux, sans tabous, le poète se dévoile, il apporte son désir de partager l’essentiel : il utilise la rime pour dépasser l’incertitude et le chaos que provoque la séparation. Sur les traces de Baudelaire, de Rimbaud, de Brel et de tant de créateurs inspirés, Brahim Saci emprunte les ruelles parisiennes, de nuit, ivre de mots et de mirages, pour faire taire son marasme. Mais ce n’est jamais une entreprise facile, la vie ne fait pas de cadeaux pour paraphraser le génial auteur de cette chanson, fresque du pays de l’enfance, le Plat pays. En parcourant, en lisant, en relisant les poèmes de Brahim Saci, beaucoup d’idées nous viennent à la tête, la poésie sert aussi à nous montrer les sentiers du bonheur, les sentiers de la lucidité, les sentiers qui réveillent notre spiritualité.

Au bout du périple, Renaître est le titre de ce poème qui exprime la possibilité des rivages de l’harmonie. Quand ils sont forts et bien choisis, les mots savent participer à notre renaissance, c’est cela le miracle de la poésie.

Youcef Zirem

La Chute, combler l’absence, de Brahim Saci, éditions du Net, septembre 2017.

http://www.lematindz.net

22 Septembre 2017 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *